Vendôm le réseau exclusif du luxe

27/11/2019

INTERVIEW : Sabine Arnould, Directrice des Ressources Humaines de l'Hôtel du Collectionneur

news-main-interview-sabine-arnould-directrice-des-ressources-humaines-de-lhotel-du-collectionneur.1574770395.jpg

L’Hôtel du Collectionneur est l’une des légendes de l’hôtellerie parisienne. Cet immense et majestueux bâtiment Art déco rappelant les paquebots transatlantiques enroule ses corps autour d’un agréable patio central. Les visiteurs sont frappés par le glamour et la théâtralité atemporels qui règnent dans les lieux : préciosité des matériaux, marbre poli des sols, colonnes, lourds velours de la tapisserie, citations constantes des années 30 et recherche de l’unicité de chaque pièce de mobilier… C’est dans ce cadre mariant luxueux héritage et vision très contemporaine de l’accueil haut de gamme que Sabine Arnould, Directrice des Ressources Humaines, nous révèle les talents des équipes de cette adresse mythique. À l’image de ce décor, des pépites qui portent haut les valeurs de l’hôtellerie 5 étoiles : passion, exemplarité et ouverture.

Vendom.jobs- Pourriez-vous nous expliquer ce qui vous a conduit à vous diriger vers une carrière dans les ressources humaines ?

Sabine Arnould - Lors de mes études en maîtrise de science de gestion, j’ai été prise d’intérêt par les cours en ressources humaines alors que je m'orientais plutôt vers l'expertise-comptable. Après deux stages en finance dans le secteur bancaire, j'ai alors souhaité effectuer mon stage de fin d’année dans un département ressources humaines et j'ai été acceptée à l'hôtel Holiday Inn Paris République (renommé Crowne Plaza Paris République). Cette expérience fut un double coup de cœur : la découverte d'un service des ressources humaines et de l'hôtellerie.

Ce déclic a façonné ma carrière, puisque j’ai intégré l’Institut de Gestion Sociale et son Master 2 en développement des RH, et j’ai consacré mon mémoire de fin d’études à l’organisation du temps de travail dans l’hôtellerie de luxe, après un stage au Bristol.

 V.J.- Qu’est-ce qui vous a attiré dans l’hôtellerie de luxe ?

S. A. - Universitaire de formation, c'est par hasard que j'ai effectué mes premiers pas dans l'hôtellerie, sans aucune connaissance de ce secteur d'activité.

Après mon premier stage au Crowne Plaza, j'ai eu la chance de poursuivre avec un deuxième stage dans un Palace, ce qui m'a confortée dans cette volonté de travailler dans cet environnement, dont la dimension sociale et ethnoculturelle est omniprésente dans la gestion quotidienne du personnel.

Par la suite, j’ai expérimenté l’hôtellerie de luxe sous différentes formes, du boutique hôtel au plus grand hôtel 5* de France, de la culture 5* « lifestyle » à l'hôtellerie de luxe traditionnelle, ou encore des grands groupes internationaux anglo-saxons à l’hôtellerie indépendante.

V.J.- Avez-vous le sentiment d’avoir vu évoluer, au cours de votre carrière, les acquis, les talents, les motivations, etc. des personnes souhaitant travailler dans l’industrie de l’hôtellerie de luxe ? Si oui, en quoi ? 

S. A. - La première grande évolution porte sur la formation initiale des candidats et le niveau des diplômes obtenus. Au début de ma carrière, les candidats étaient fréquemment diplômés d'un CAP/BEP, BTH voire BTS hôtellerie restauration pour les fonctions support.

Force est de constater actuellement le fort nombre de candidats diplômés d'un Bachelor, d'un Master 1 voire d'un Master 2. A titre d'exemple dans le service des ressources humaines, tous mes collaborateurs ont un Master 2. Ce constat est également similaire dans les autres fonctions supports voire dans les services opérationnels.

Du fait du degré plus élevé des diplômes, les jeunes s'orientent de plus en plus vers les filières supports tels que le marketing, l'évènementiel, le revenu management, au détriment des métiers opérationnels de la restauration et de l'hébergement.

Par ailleurs, la génération Y a fortement fait évoluer les processus de management et de gestion des ressources humaines, dont les motivations et les attitudes différent de celles de la génération X.

Leur soif d'apprendre, de progresser, d'articuler vie privée et vie professionnelle... ont constitué de nouveaux facteurs de motivation qui ont impacté les politiques ressources humaines, notamment en matière d'attraction, de gestion et de rétention des talents.

V.J.- Percevez-vous une corrélation avec l’évolution de la demande clients ?

S. A. - L’élévation du niveau de connaissances des candidats, leur adaptabilité, leur ultra-connexion aux réseaux sociaux, leur « impatience » constituent autant de facteurs de similitude avec l’évolution de la demande de nos clients.

V.J.- Quelles sont les qualités sine qua non que vous recherchez chez les nouveaux collaborateurs de l'Hôtel du Collectionneur ?

S. A. - La qualité principale attendue d'un candidat, au-delà des compétences professionnelles indispensables pour le poste, est la motivation pour intégrer notre équipe. Il est possible d'aider un candidat à améliorer ses compétences, mais nous ne pouvons pas lui insuffler la motivation et l'engagement.

Par ailleurs, nous recherchons des collaborateurs qui sont dynamiques, ambitieux, audacieux, et capables de relever des défis variés dans le plus grand hôtel 5* de France.

V.J.- Un conseil justement pour les jeunes diplômés ou les personnes souhaitant faire évoluer leur carrière dans de très grandes adresses comme l'Hôtel du Collectionneur ?

S. A. - Un conseil : restez vous-même ! Soyez passionné, exigeant, respectueux et fidèle aux recruteurs qui comme l'Hôtel du Collectionneur, sont engagés dans une politique de promotion de leurs talents.

V.J.- Qu’est-ce qui fait, selon vous, la singularité de vos équipes et de l’accueil à l’Hôtel du Collectionneur

S. A. - Nous avons des équipes dynamiques, conviviales et très soucieuses d'enchanter chacun de nos clients.

Leur mission est complexe du fait que nous sommes un hôtel de grande capacité (487 chambres, 2000 m2 d'espaces séminaires), dans lequel nous devons assurer un service 5 étoiles.

Néanmoins, leur audace et leur enthousiasme permettent de relever les défis quotidiens.

V.J.- Dans une offre luxe qui pousse toujours plus loin les limites des attentes du client, avec une renommée comme celle du Collectionneur, comment, du côté des équipes, reste-t-on « au top » ?

S. A. - Pour « rester au top », il est nécessaire de pouvoir s'appuyer sur une base forte telle que la culture de service, l'adhésion aux valeurs de l’hôtel, un management et des ressources humaines de proximité, des parcours d'intégration et de formation et une réadaptation constante de nos méthodes de travail tournée vers l'amélioration de la qualité de service et des performances.

V.J.- Votre luxe personnel ?

S. A. - Mon luxe personnel est de partager du temps avec ma famille et mes amis et de m'évader en pleine nature.

 

Hôtel du Collectionneur 5*

51-57 Rue de Courcelles

75008 Paris - France

+33 1 58 36 67 00

Site Web

 

(Crédit photo : Hôtel du Collectionneur)