10/09/2020

L'hôtel Molitor accueille son nouveau chef

news-main-lhotel-molitor-accueille-son-nouveau-chef.1599661897.jpg

Peu de temps avant la réouverture de la Brasserie Urbaine, l'hôtel Molitor accueille l'Allemand Martin Simolka qui prendra la tête des cuisines de l'établissement. Le restaurant change de concept en optant pour une cuisine organique et végétale...

En ce mois de septembre 2020, le Molitor accueille un nouveau chef, Martin Simolka, qui prend la direction des cuisines de l'hôtel, jusque-là dirigées par Nader Hassan, et donc de la Brasserie Urbaine.

Avec l'arrivée de Martin Simolka, la restauration de l'hôtel Molitor fait peau neuve puisque le chef y apporte un nouveau concept, au plus près de la clientèle. Aux manettes de la Brasserie Urbaine (l'autre restaurant du Molitor en plus de son rooftop), Martin Simolka y propose une carte entièrement repensée, autour de la cuisine végétale et organique.
Ainsi, le chef est à la tête d'une brigade composée d'une trentaine de personnes, de 5 sous-chefs et d'une équipe de pâtisserie conduite par Benoit Gressent depuis octobre dernier.

Le chef Martin Simolka devient, par ailleurs, également responsable des banquets, du room service de l'hôtel, du rooftop et du 1929.

Contrairement au rooftop et à l'hôtel Molitor, la Brasserie Urbaine n'a pas encore rouvert ses portes au public. C'est imminent.

Passionné depuis toujours par les produits, ce jeune chef cultive, enfant, son propre potager et réalise les gâteaux d’anniversaires familiaux. Il prend alors goût à la cuisine mais ne se consacre à cet art qu'après avoir passé une licence d’économie.

D'origine allemande, Martin Simolka a travaillé à Berlin, dans l'hôtel 5 étoiles Adlon Kempiski, auprès du chef Thomas Neeser, avant d'arriver à Paris en 2008. Dans les plus belles maisons parisiennes et auprès des plus grands, il apprend et perfectionne son empreinte : de la couleur, des dressages minutieux, des produits de saisons au circuit le plus court possible ou encore une touche asiatique pour l’appel au voyage.

Du Pavillon Ledoyen, où il développe sa créativité, en passant par le Shangri La, aux côtés du chef Philippe Labbé qui lui transmet le goût des bons produits et de la simplicité dans l’assiette pour ne se concentrer que sur l’essentiel, et avant un passage au mythique George V, c’est aux côtés du chef Raoux au Peninsula qu’il passera ses plus belles années en tant que premier sous-chef.

Source de l'article : https://frama.link/LSYg4W-a